top_15bike_1

Il n’était pas possible de quitter le Japon sans visiter un accessoiriste moto.

Depuis l’âge de 14 ans j’ai les fesses installées entre deux roues presque tous les jours.

Le nettoyage des trottoirs de Tokyo est devenu systématique, plus de moto en stationnement. Le parking payant est obligatoire. La fin de la moto à Tokyo ?

DSC_7305R  DSC_7303R

Le quartier d’Ueno était la Mecque  de la moto mais beaucoup de concessionnaires ont fermé. 

Quelques enseignes demeurent tout de même.

Allons chez  Z-FATHER le temple du kitch (qui se trouve dans la périphérie de Tokyo).

Le propriétaire des lieux s’aperçoit que nous étions  venus avec un plan en japonais et que nous sommes français. Moto Journal avait réalisé un petit reportage sur son magasin.

 Il nous déroule le tapis rouge, nous offre des boissons fraiches ainsi que des autocollants. Je peux réaliser toutes les photos que je souhaite : un accueil haut en couleur à la japonaise.

 

DSC_7270R  DSC_7272R

DSC_7276R

Il n’est pas mignon le petit teeshirt à paillette rose ? Vous pouvez l’assortir d’une belle selle de la même couleur version python.

 

DSC_7269R

DSC_7274R

DSC_7281R

Personnaliser sa machine devient un jeu.

Le mécano est toujours là pour restaurer et préparer les machines de mon enfance.

 

DSC_7287R

De super machines mythiques comme neuves.

DSC_7279R

Ma première grosse moto une Honda  400 CBN toute rutilante.

DSC_7280R  DSC_7278R

 

 

 

 

 

 

 

Un magnifique 6 cilyndres Honda CBX cotoie une petite Yamaha 250 Z.

 

DSC_7289R

Le Japon c’est aussi ça !